Forum Segalen

Le Forum non officiel de la faculté Victor Segalen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Débat sur france 2: A vous de juger le CPE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Chloé
Bourrin!!!


Nombre de messages : 489
Promo : M1 Histoire contemporaine
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 18 Mar - 0:18

Apollodore a écrit:

Les exemples que vous citez sont intéressants, mais le problème avec ce genre de mouvements de foule, c'est qu'on ne sait que bien plus tard, voire jamais, ce qui s'est vraiment passé
Pour le Bloody Sunday par exemple une enquete est en cours, on aura la réponse du tribunal cette année et c'était en ...1972
Par ailleurs le film de Greengrass ne dit pas que les paras ont fait expres, il laisse planer le doute...en attendant le verdict
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elussegalen.canalblog.com
Apollodore
Magister Bourrinorum


Nombre de messages : 966
Age : 44
Promo : Prof de philo
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 18 Mar - 0:36

Le problème aussi, dans tous ces cas dramatiques (heureusement rien à l'horizon de mortel cette année (manque un smiley "toucher du bois"), même si des blessures, ça peut être grave, et ce des deux côtés), c'est le rapport entre la stratégie de confinement des forces de l'ordre, qui ne peuvent de fait pas laisser les manifestants (ou pseudo-manifestants) aller n'importe où ni faire n'importe quoi, surtout à Paris (meme si les incidents d'hier n'avaient pas lieu aux abords du "triangle sacré"), et ce qui relève du calcul médiatique voire, mais faut pas exagérer dans la martyrologie, l'envie d'en découdre (y'a des précédents, en 1961, par exemple, mais là aussi c'est pas si simple). En principe, les forces de l'ordre garantissent l'ordre et doivent développer les stratégies qui présentent le moins de risque pour eux et aussi pour ceux d'en face, contrairement aux émeutiers, qui n'ont pas à se soucier de la sécurité des forces de l'ordre (d'où un rapport asymétrique et donc compliqué).
Tiens, la radio me dit que Paris VIII remplace les cours par des débats. Copieurs!!!! Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
machin
minifloodeur


Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Mer 22 Mar - 16:09

pour revenir à nos moutons, à savoir le débat sur france 2, voici mes impressions.
J'ai regardé l'intégralité de l'émission. Honnêtement, au début c'était à ch...

Les gens n'arrêtaient pas de s'interrompre les uns les autres, deux bords confondus. Une meute de loups hurlants.
Puis, le débat a commencé à s'élever et se calmer un peu... quand on a commencé à parler d'autre chose que du CPE comme point focal. Deux interventions ont été à mon sens particulièrement pertinentes, et elles n'évoquaient pas directement le CPE. La première, celle de ce monsieur, d'origine maghrébine je crois, qui relatait son parcours professionnel. Il disait qu'il avait du partir à l'étranger parce qu'en France, malgré son haut niveau de qualification, personne ne voulait lui donner de travail, du moins stable et en rapport avec ce qu'il savait faire du point de vue des diplômes. Dans l'émission, il était sur le même banc que des militants anti-cpe, qui approuvaient au début chaleureusement le monsieur en question. Mais il a commencé à dire que dans les autres pays européens, la flexibilité ça marchait très bien, parce que ça se faisait dans une mentalité différente qu'en France. Là, les jeunes sur le banc ne disaient plus rien, on voyait bien qu'ils se rendaient compte qu'on sortait du débat pour ou contre, mais qu'on parlait de mentalité, de société.

L'intervention suivante : celle d'un professeur de prépa, dont je n'ai pas retenu le nom, mais qui a écrit La Fabrique des Crétins. Il disait que finalement, le problème de fond en ce moment, ce n'était pas le CPE, mais le modèle d'intégration classique à la française, le modèle éducatif et le système de l'éducation nationale. J'ai bien observé le comportement des intervenants de ce débat. Lorsque ces deux individus sont intervenus, il y a eu le plus grand silence, parce que les gens se rendaient bien compte qu'on sortait du débat finalement au ras des paquerettes pour ou contre le cpe. La crise que nous traversons dépasse largement ce cadre, et c'est en cela qu'elle rejoint la crise des banlieues d'il y a quelques mois. Mais pour mieux me comprendre, je vous renvoie aux éditoriaux Ouest France de ces quelque derniers jours, qui l'expriment très bien.
La jeune militant Fidl était exécrable pendant ce débat. Pour moi elle représente bien une majorité de lycéens qui se sont engagés dans le mouvement sans savoir vraiment ce qu'est le CPE, et ce que signifie la précarité. Elle a été odieuse et malheureusement décrédibilise totalement le combat des quelques lycéens qui comprennent réellement ce qui se passe. Quand le prof s'est exprimé, elle n'est pas intervenue, contrairement au sort qu'elle a réservé aux autres, parce que visiblement c'était un sujet qui la dépassait, mais qu'elle ne maîtrise sans doute pas assez bien.

D'ici peu de temps je serai prof. Je peux vous dire que lorsque j'ai entendu l'intervention du prof en plateau, je me suis intégralement reconnue dans son discours, sensé et pesé, contrairement à ce que j'ai entendu pendant le reste de l'émission, d'un bord comme de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollodore
Magister Bourrinorum


Nombre de messages : 966
Age : 44
Promo : Prof de philo
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Ven 24 Mar - 22:32

Merci, "machin" (bizarre, ce pseudo, j'ai l'impression de vous insulter…) de m'avoir renvoyé ici (j'avais pas vu Embarassed )
Deux points, si je comprends bien
— Modèle économique français et flexibilité: bon, c'est sûr, la flexibilité, ailleurs, ça peut marcher, sans doute (et on reparle du Danemark…), sauf que la question d'une étude comparative doit tout prendre en considération, autrement dit on vit une année de "déclinologues" qui regardent parfois surtout le mauvais côté des choses, alors que la France n'est quand même pas, sur le plan de la santé, de l'éducation, de l'économie, devenue un pays du tiers-monde… Bref, je veux bien qu'on se pose la question d'une remise en question du "modèle français" si ça existe, mais je ne suis pas sûr que pour le cas qui nous occupe, la méthode pour le faire ait été la meilleure… Beaucoup ont pris, à tort ou à raison, le couple CNE-CPE comme un exemple d'une volonté de "casser le système français" au lieu de le réformer, et il est vrai que ces mesures peuvent paraître un peu bizarres, mal préparées ou brutales. Personnellement, c'est ça qui me gêne, car comme je ne suis pas spécialiste de droit du travail, ou de macro-économie, pour le reste, je me borne à écouter ce que dit chacun…
— Système éducatif: (y'a déjà quelques post là-dessus où j'ai pu dire ce que j'en pensais — OK, j'en suis à plus de 400, donc pas facile à trouver). Bref, en attendant que vous essayiez, s'il vous plait, de me résumer ce qu'a dit mon collègue, je vous avouerais que pour ma part, je trouve en effet ce système en crise, crise que je daterais de la loi de 1989, qui s'est voulue une réponse à la massification de l'enseignement secondaire, réponse qui cherchait à promouvoir l'égalité des chances (tiens, tiens… pourtant c'était Jospin) et reposait sur des analyses pédagogiques que je trouve pour ma part contestables… A mon avis, d'ailleurs, le sujet est si sensible en France qu'une vraie réforme ne pourrait passer qu'après de longues discussions, animées par un esprit de consensus (ce qui ne fut pas le cas depuis 89, entre réforme Allègre et réforme Fillon). Cela dit, pour le supérieur comme pour le secondaire, il y a eu ça et là de bonnes choses, mais pas de réformes d'ensemble. C'est un long débat que nous pouvons ouvrir (et les intervenants ne manqueront sans doute pas, qu'ils se destinent ou pas au métier de prof)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
machin
minifloodeur


Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Ven 24 Mar - 23:12

Apollodore a écrit:
Merci, "machin" (bizarre, ce pseudo, j'ai l'impression de vous insulter…) de m'avoir renvoyé ici (j'avais pas vu Embarassed )
Deux points, si je comprends bien
— Modèle économique français et flexibilité: bon, c'est sûr, la flexibilité, ailleurs, ça peut marcher, sans doute (et on reparle du Danemark…), sauf que la question d'une étude comparative doit tout prendre en considération, autrement dit on vit une année de "déclinologues" qui regardent parfois surtout le mauvais côté des choses, alors que la France n'est quand même pas, sur le plan de la santé, de l'éducation, de l'économie, devenue un pays du tiers-monde… Bref, je veux bien qu'on se pose la question d'une remise en question du "modèle français" si ça existe, mais je ne suis pas sûr que pour le cas qui nous occupe, la méthode pour le faire ait été la meilleure… Beaucoup ont pris, à tort ou à raison, le couple CNE-CPE comme un exemple d'une volonté de "casser le système français" au lieu de le réformer, et il est vrai que ces mesures peuvent paraître un peu bizarres, mal préparées ou brutales. Personnellement, c'est ça qui me gêne, car comme je ne suis pas spécialiste de droit du travail, ou de macro-économie, pour le reste, je me borne à écouter ce que dit chacun…
— Système éducatif: (y'a déjà quelques post là-dessus où j'ai pu dire ce que j'en pensais — OK, j'en suis à plus de 400, donc pas facile à trouver). Bref, en attendant que vous essayiez, s'il vous plait, de me résumer ce qu'a dit mon collègue, je vous avouerais que pour ma part, je trouve en effet ce système en crise, crise que je daterais de la loi de 1989, qui s'est voulue une réponse à la massification de l'enseignement secondaire, réponse qui cherchait à promouvoir l'égalité des chances (tiens, tiens… pourtant c'était Jospin) et reposait sur des analyses pédagogiques que je trouve pour ma part contestables… A mon avis, d'ailleurs, le sujet est si sensible en France qu'une vraie réforme ne pourrait passer qu'après de longues discussions, animées par un esprit de consensus (ce qui ne fut pas le cas depuis 89, entre réforme Allègre et réforme Fillon). Cela dit, pour le supérieur comme pour le secondaire, il y a eu ça et là de bonnes choses, mais pas de réformes d'ensemble. C'est un long débat que nous pouvons ouvrir (et les intervenants ne manqueront sans doute pas, qu'ils se destinent ou pas au métier de prof)

pour le pseudo, j'avoue que je n'avais pas d'inspiration au moment où j'ai du le choisir. Eh puis, je n'ai pas envie qu'on puisse me reconnaître. Je veux pouvoir dire bonjour aux gens que je rencontre à la fac, même si on n'est pas du même bord dans la situation présente.

Je crois que la flexibilité est nécessaire aujourd'hui en France pour pouvoir s'adapter aux changements de l'économie mondiale, européenne et française. En cela, le CPE est un changement. Ce que je dénonce personnellement, c'est que le gouvernement se soit saisi d'une nécessité actuelle pour faire passer des mesures que je juge humainement inacceptables. Il n'en reste pas moins que la fexibilité est nécessaire. Seulement, les Français n'y sont pas encore prêts. On est dans une "génération 35h", où les gens veulent travailler moins et gagner plus. :| Je crois que les gens ont perdu la notion du goût du travail, celle de savoir mériter le pain quotidien.
Il faudra sans soute beaucoup de pédagogie au gouvernement pour faire comprendre aux Français qu'il faut un changement. Car je ne suis pas sûre que les Français accepteraient un quelconque changement pour l'instant.
En future prof, je suis convaincue que c'est avec beaucoup de pédagogie et de compréhension qu'on y arrivera.
C'est aussi comme future prof, mais aussi comme future maman (du moins je l'espère), que j'espère voir rénover le système éducatif. Et ce n'est pas avec un "socle commun" de derrière les fagos qu'on y parviendra. On en a retiré l'EPS, qui pourtant est bien nécessaire à l'here actuelle, et chose encore plus aberrante, on en a retiré l'histoire ! Il ne reste plus que le français, les maths, l'informatique, l'anglais. On a l'impression qu'avec ça, on pourrait faire des espèces de robots formatés qui ne déveloperaient pas leur esprit critique. Je suis désolée pour ces messieurs informaticiens, mais l'histoire est bien plus importante que l'informatique (non, je ne suis pas en fac d'histoire).
Bref, je trouve qu'aujourd'hui, décidément, on marche sur la tête dans notre société. Il y a ceux qui veulent continuer dans leur petit confort de routine et qui ne voient pas que notre sysème éducatif a besoin d'un bon coup de kärcher (sans faire de mauvais jeu de mot), et il y a ceux qui voient la nécessité d'une GROSSE réforme, mais font les choses de travers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollodore
Magister Bourrinorum


Nombre de messages : 966
Age : 44
Promo : Prof de philo
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Ven 24 Mar - 23:29

Finalement, vos deux points se rejoignent autour de la question de la valeur du travail: c'est un fait, peut-être très français, mais pas seulement, que la France est à la fois très productive (meilleure productivité du monde par heure de travail, dit-on) et que nous avons pourtant une histoire sociale qui pousse à travailler le moins longtemps possible (les 35h, à la base, j'étais pour et je n'ai qu'un peu changé d'avis, tout simplement parce que c'était justement une idée qui allait dans le sens de l'Histoire). Bref, la France et l'Allemagne ont été depuis le XIXè, chacun à sa manière, les deux piliers de l'amélioration des condition sociales, et sont donc aujourd'hui les deux pays les plus dubitatifs quand ils entendent dire qu'il faut repartir en arrière, revenir sur un certain nombre de choses, et ce à partir d'une vision fataliste, néo-libérale, de l'Histoire qui me paraît très largement connotée d'arrière-pensées discutables.
De même, votre critique du "socle commun", — je fais la même, à peu près — repose sur un idéal de connaissances accessibles à tous, sachant que l'Ecole ne forme pas que des travailleurs, mais éduque ou du moins essaie d'éduquer des êtres humains responsables. Depuis 20 ans, l'EN a affronté des bouleversements considérables, du point de vue économique, du point de vue médiatique (comment la révision d'un cours d'Histoire peut-elle vraiment lutter, dans la tête d'élèves fragiles sur le plan, éducatif, contre la Star Ac ou Jackass? sans parler d'internet et des forums…pas toujours aussi "intellos" que celui-ci), du point de vue social. De fait, le socle commun est un repli qui me semble coupable, mais c'est un renoncement du même ordre que le renoncement général face à la flexibilité, à la mondialisation, etc. Sans compter que nous vivons dans un pays où les forces politiques traditionnelles ont récemment abandonné la "politique" proprement dite pour adopter un discours gestionnaire, au risque de laisser en marge des mouvements radicaux et démagogiques répandre des fantasmes parfois dangereux et toujours stériles. Il serait bon que ces formations parviennent (quelques signes le montrent) à retrouver le chemin d'un antagonisme idéologique proclamé, qui pourtant ne manquerait pas de nuance (l'opposition faite par le Jeune populaire l'autre jour entre marxisme et libéralisme est une insulte à l'Histoire de France, voire du monde). Bref, la manière dont nous éduquons les enfants n'est pas sans rapport avec la manière dont nous pourrons penser un avenir socio-économique qui ne soit pas vendu à la techno-économie qu'on cherche à nous vendre depuis quelques années…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
machin
minifloodeur


Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Ven 24 Mar - 23:41

Apollodore a écrit:
quand ils entendent dire qu'il faut repartir en arrière, revenir sur un certain nombre de choses, et ce à partir d'une vision fataliste, néo-libérale, de l'Histoire qui me paraît très largement connotée d'arrière-pensées discutables.

ça aussi, c'est très français comme vision des choses. Ne serait-ce pas plutôt une évolution ? Je sais, c'est jouer sur les mots, mais finalement c'est un point de vue différent (pour ne pas dire une vision différente de la vie et d'envisager l'avenir - n'ayons pas peur !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollodore
Magister Bourrinorum


Nombre de messages : 966
Age : 44
Promo : Prof de philo
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Ven 24 Mar - 23:54

machin a écrit:
Apollodore a écrit:
quand ils entendent dire qu'il faut repartir en arrière, revenir sur un certain nombre de choses, et ce à partir d'une vision fataliste, néo-libérale, de l'Histoire qui me paraît très largement connotée d'arrière-pensées discutables.

ça aussi, c'est très français comme vision des choses. Ne serait-ce pas plutôt une évolution ? Je sais, c'est jouer sur les mots, mais finalement c'est un point de vue différent (pour ne pas dire une vision différente de la vie et d'envisager l'avenir - n'ayons pas peur !)
Ben justement: n'ayons pas peur… pas peur de dire que le retour à l'esclavage industriel (oh le beau modèle chinois…) n'a rien d'inévitable, que le maintien d'un code de travail équilibré (autrement dit qui protège l'individu seul face à une structure aussi solide qu'une multinationale) est possible, etc… Le retour en arrière, c'est la remise en cause de l'idéal scolaire à remplacer par une simple fabrique de robots (c'est vous qui l'avez dit), le retour à une durée du temps de travail sans s'occuper des gains de productivité que la baisse de celui-ci a rendus possible…
Pas peur de dire qu'à couper en morceaux la question de la démographie, on nous vend à la fois des plans d'épargne-retraite et la baisse des postes d'enseignants (j'aime beaucoup les gens qui me racontent qu'il n'y aura personne pour payer ma retraite, sachant que je prendrai celle-ci en 2036… et que personne ne sait combien d'enfants naîtront d'ici 2016). Pas peur de contester l'évidence de certitudes économiques (comme si l'éco répondait à des lois aussi claires que la cinétique…) qu'on nous balance à coups de rapports d'experts formés dans des écoles parfois douteuses. Bref, pas peur de dire que le débat actuel, comme beaucoup d'autres, est un débat partiel et donc incomplet voire partial, et que c'est ce côté partiel qui nourrit tant de fantasmes et de peur… Le travail peut être flexible, sans doute, pourquoi pas, mais ceux qui le font ne peuvent l'être autant que certains le voudraient (j'aime beaucoup, meme si c'est démago, direz-vous, entendre parler de flexibilité par des gens dont le travail repose sur le principe des stock-options et du golden parachute…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
machin
minifloodeur


Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 25 Mar - 0:04

ne pas avoir peur ne signifie pas avancer en écrasant les autres !
bien sûr il faut savoir se fonder sur les acquis du passé qui se sont révélés positifs ! Mais je pense aussi qu'il faut savoir être pragmatique, tenir compte des données actuelles. Autrement dit, avancer résolument mais humainement. Tout l'enjeu est de savoir camper sur des idéaux de fond (ce serait cartésien) en d'adaptant à la donnée actuelle (ce serait pragmatique). Et pour moi, la politique en France sera toujours dans une impasse tant qu'on n'en sera pas là. C'est aussi pour ça que je ne suis ni de gauche ni de droite, parce que prendre position d'un bord ou de l'autre, ça signifie penser que l'autre a systématiquement tort, alors qu'il y a du bon des deux côtés. La France foncerait droit dans le mur si elle n'obéissait à la logique que d'un seul côté pour avancer ! Vive la pluralité ! C'est sûr, c'est compliqué pour faire évoluer les choses, mais au moins il y a du débat et ça permet de prendre des décisions pondérées et pesées (et intelligentes et démocratiques).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollodore
Magister Bourrinorum


Nombre de messages : 966
Age : 44
Promo : Prof de philo
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 25 Mar - 0:14

machin a écrit:
ne pas avoir peur ne signifie pas avancer en écrasant les autres !
bien sûr il faut savoir se fonder sur les acquis du passé qui se sont révélés positifs ! Mais je pense aussi qu'il faut savoir être pragmatique, tenir compte des données actuelles. Autrement dit, avancer résolument mais humainement. Tout l'enjeu est de savoir camper sur des idéaux de fond (ce serait cartésien) en d'adaptant à la donnée actuelle (ce serait pragmatique). Et pour moi, la politique en France sera toujours dans une impasse tant qu'on n'en sera pas là. C'est aussi pour ça que je ne suis ni de gauche ni de droite, parce que prendre position d'un bord ou de l'autre, ça signifie penser que l'autre a systématiquement tort, alors qu'il y a du bon des deux côtés. La France foncerait droit dans le mur si elle n'obéissait à la logique que d'un seul côté pour avancer ! Vive la pluralité ! C'est sûr, c'est compliqué pour faire évoluer les choses, mais au moins il y a du débat et ça permet de prendre des décisions pondérées et pesées (et intelligentes et démocratiques).
OK, sauf que justement la posture "pragmatique" à la mode cache toujours une idéologie et je préfère, à tout prendre, qu'on me la donne explicitement. Il y aurait ici par exemple beaucoup de choses à aller chercher chez Aristote, et son idée de "prudence" (phronèsis), c'est-à-dire la capacité du vrai politique (Périclès) à lier solidement entre eux les fins et les moyens. Cela dit, Aristote pense cela au sujet de petites Cités quasiment autarciques, alors qu'aujourd'hui la multiplication des critères rend difficile toute tentative de composer l'exigence de réalisme et en même temps le projet d'avenir. Depuis quand n'avons-nous pas entendu quelqu'un nous dire, sans mauvaise foi ou effet de com', voici la France de 2030 telle que je la rêve, et non telle que je la crains ou la fantasme? On pourrait commencer ici, d'ailleurs, ce serait drôle…


Dernière édition par le Sam 25 Mar - 4:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
machin
minifloodeur


Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 25 Mar - 0:18

Apollodore a écrit:
Depuis quand n'avons-nous pas entendu quelqu'un nous dire, sans mauvaise foi ou effet de com', voici la France de 2030 telle que je la rêve, et non telle que je la crains ou la fantasme? On pourrait commencer ici, d'ailleurs, ce serait drôle…

oui, chouette, refaisons le monde pour la 50 000 000 000 000 000 000 fois, pour faire orginial ! flower lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé
Bourrin!!!


Nombre de messages : 489
Promo : M1 Histoire contemporaine
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 25 Mar - 0:20

machin a écrit:
Apollodore a écrit:
Depuis quand n'avons-nous pas entendu quelqu'un nous dire, sans mauvaise foi ou effet de com', voici la France de 2030 telle que je la rêve, et non telle que je la crains ou la fantasme? On pourrait commencer ici, d'ailleurs, ce serait drôle…

oui, chouette, refaisons le monde pour la 50 000 000 000 000 000 000 fois, pour faire orginial ! flower lol!
Ben moi je suis assez d'accord avec appollodore : peux tu dire quelle france veut De Villepin en 2030 ? ou Hollande ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elussegalen.canalblog.com
machin
minifloodeur


Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 25 Mar - 0:36

Chloé a écrit:
machin a écrit:
Apollodore a écrit:
Depuis quand n'avons-nous pas entendu quelqu'un nous dire, sans mauvaise foi ou effet de com', voici la France de 2030 telle que je la rêve, et non telle que je la crains ou la fantasme? On pourrait commencer ici, d'ailleurs, ce serait drôle…

oui, chouette, refaisons le monde pour la 50 000 000 000 000 000 000 fois, pour faire orginial ! flower lol!
Ben moi je suis assez d'accord avec appollodore : peux tu dire quelle france veut De Villepin en 2030 ? ou Hollande ?

je te réponds par un constat : j'ai rencontré aujourd'hui un copain qui revient des élections au CROUS. Il est sur une liste associative. Il m'a dit que les syndicats, qu'ils soient de droite ou de gauche, se sont fait laminer à ces élections. ce sont les listes associatives, donc apolitiques, qui ont remporté la plus grosse mise. Et les électeurs étaient des étudiants. Cela signifie que ces mêmes étudiants, qui seront sur le marché du travail demain, ne font pas confiance à ces syndicats qui sont politisés. Moi-même, j'ai fait bien attention de ne voter ni sud, ni unef ni uni, mais associatif. Il faut s'attendre à peu près aux mêmes résultats, je pense, pour les prochaines élections de conseil de fac.

Cela signifie que les gens sont lassés par les clivages gauche-droite et qu'ils veulent quelque chose d'autre. Ou bien alors, ils font comme tous les moutons de panurge qui on pris leur carte au PS très récemment et iront leur crier dessus dans quelques années, quand la gauche sera au pouvoir et qu'elle proposera quelques lois aberrantes. La droite a fait la même chose. Après les élections législatives (pas les dernières, celles d'avant), la majorité avait tourné à droite, et résultat, maintenant les gens râlent, parce que la droite n'en fait qu'à sa tête. Ca peut paraître primaire comme raisonnement, mais finalement les Français sont têtus et réagissent souvent par le contraire de ce qu'on leur propose, et quelques années après ils changent d'avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé
Bourrin!!!


Nombre de messages : 489
Promo : M1 Histoire contemporaine
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 25 Mar - 0:48

machin a écrit:

je te réponds par un constat : j'ai rencontré aujourd'hui un copain qui revient des élections au CROUS. Il est sur une liste associative. Il m'a dit que les syndicats, qu'ils soient de droite ou de gauche, se sont fait laminer à ces élections. ce sont les listes associatives, donc apolitiques, qui ont remporté la plus grosse mise. Et les électeurs étaient des étudiants. Cela signifie que ces mêmes étudiants, qui seront sur le marché du travail demain, ne font pas confiance à ces syndicats qui sont politisés. Moi-même, j'ai fait bien attention de ne voter ni sud, ni unef ni uni, mais associatif. Il faut s'attendre à peu près aux mêmes résultats, je pense, pour les prochaines élections de conseil de fac.
Euh d'abord une remarque qui change un peu l'analyse : les syndicats de gauche n'ont pas fait campagne pour les elections CROUS et avaient meme demander leur report (on pourrait parler de la "campagne" des "associatifs" en Lettres mais c'est une autre histoire)
Et les listes associatives ne sont pas "apolitiques", elles sont indépendantes du clivage gauche-droite nuance. Quand on est représentant à ce niveau de responsabilités c'est de la politique (au sens noble du terme).
La signification du mot "apolitisme" quand on se présente à des elections de cette importance c'est "clientélisme"
Je sais de quoi je parle je suis élue associative indépendante (c'est à dire que MOI je ne fais pas partie d'une organisation nationale)
Et aux dernières elections UFR Lettres, l'UNEF a gagné à Brest avec une large majorité. Je ne pense pas que la France ait chané à ce point en un an.

Et quand on voit les manifs du moment on ne peut pas dire que les jeunes se desinteressent de la politique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elussegalen.canalblog.com
machin
minifloodeur


Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 18/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 25 Mar - 0:52

Chloé a écrit:
machin a écrit:

je te réponds par un constat : j'ai rencontré aujourd'hui un copain qui revient des élections au CROUS. Il est sur une liste associative. Il m'a dit que les syndicats, qu'ils soient de droite ou de gauche, se sont fait laminer à ces élections. ce sont les listes associatives, donc apolitiques, qui ont remporté la plus grosse mise. Et les électeurs étaient des étudiants. Cela signifie que ces mêmes étudiants, qui seront sur le marché du travail demain, ne font pas confiance à ces syndicats qui sont politisés. Moi-même, j'ai fait bien attention de ne voter ni sud, ni unef ni uni, mais associatif. Il faut s'attendre à peu près aux mêmes résultats, je pense, pour les prochaines élections de conseil de fac.
Euh d'abord une remarque qui change un peu l'analyse : les syndicats de gauche n'ont pas fait campagne pour les elections CROUS et avaient meme demander leur report (on pourrait parler de la "campagne" des "associatifs" en Lettres mais c'est une autre histoire)
Et les listes associatives ne sont pas "apolitiques", elles sont indépendantes du clivage gauche-droite nuance. Quand on est représentant à ce niveau de responsabilités c'est de la politique (au sens noble du terme).
La signification du mot "apolitisme" quand on se présente à des elections de cette importance c'est "clientélisme"
Je sais de quoi je parle je suis élue associative indépendante (c'est à dire que MOI je ne fais pas partie d'une organisation nationale)
Et aux dernières elections UFR Lettres, l'UNEF a gagné à Brest avec une large majorité. Je ne pense pas que la France ait chané à ce point en un an.

Et quand on voit les manifs du moment on ne peut pas dire que les jeunes se desinteressent de la politique.

au lieu de dire "apolitiques", j'aurais du dire non affiliées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé
Bourrin!!!


Nombre de messages : 489
Promo : M1 Histoire contemporaine
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 25 Mar - 0:54

machin a écrit:

au lieu de dire "apolitiques", j'aurais du dire non affiliées
je dirai plutot "non partisanes" puisque les "associatifs" qui présentaient la liste au crous sont affiliés à une structure nationale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elussegalen.canalblog.com
Apollodore
Magister Bourrinorum


Nombre de messages : 966
Age : 44
Promo : Prof de philo
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Sam 25 Mar - 0:57

Cette idée du refus des politiques, ou du moins des syndicats politisés, n'est pas neuve, et elle a même quelques solides arguments en sa faveur, sachant d'où on vient, sachant aussi que les clivages sur lesquels ces partis ou syndicats se sont constitués datent aujourd'hui un peu. Quitte à rêver un peu (et d'autant plus facilement que je ne suis ni syndiqué, ni encarté — même si ça me titille parfois…), j'aimerais bien assister à une redistribution des cartes, même si la disparition du clivage droite-gauche me paraît historiquement une vieille lubie… de droite (ce qui ne m'empeche pas d'éprouver une grande estime pour des gens comme Philippe Séguin).
Du coup l'apolitisme des listes associatives paraît très séduisant, même s'il faut bien l'admettre, si on vote pour ces listes, c'est souvent pour ne pas voter pour les autres…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Débat sur france 2: A vous de juger le CPE   Aujourd'hui à 5:48

Revenir en haut Aller en bas
 
Débat sur france 2: A vous de juger le CPE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» UNE RÉPONSE DE PURINA À VOUS DE JUGER
» Juger ou ne pas juger
» Juger les faits et juger les personnes
» ne pas juger!
» Évêque de Beauvais, qui vous a mandaté pour juger Jeanne d'Arc?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Segalen :: Débats & Réunions :: Débat sur l'actualité-
Sauter vers: